Blog

« Tout ce qui touche notre peau, nous touche au plus profond de nous-même ».

IMG_20210218_092124

F a i t e s  l’ e x p é r i e n c e !

 

« Tout ce qui touche notre peau, nous touche au plus profond de nous-même » Elisabeth Sigmund 1914 – 2013


Cœur planche anatomique

À cœur de peau

La peau n’a pas uniquement une fonction de séparation. Elle est aussi ce qui relie et unit. C’est notre organe des sens. Et également notre troisième poumon!

Tact

Il n’y a pas de mots pour expliquer le toucher. Il est notre premier langage dès la naissance. Il est comme l’air et la nourriture. Indispensable!
Les récepteurs de la peau nous renseignent sur la nature de notre environnement. Ils détectent et distinguent les contacts bienveillants ou hostiles.

Système & sensations

Le toucher attentif offre une présence sécurisante. Il agit positivement sur le stress et la biochimie du cerveau. Le système sensoriel informe sur la nature et la localisation du contact. Les récepteurs transforment les stimuli tactiles en signaux électriques. Le cerveau et le sang en bénéficient et c’est l’ensemble de l’organisme qui est modifié!

Régénérer son identité

Lors de massages certaines zones cérébrales ralentissent. Un état de détente des muscles et de la respiration qui équivaut à l’endormissement s’installe. Un toucher doux et juste fait réagir les fibres impliquées dans les zones de la conscience de soi. Percevoir nos limites corporelles c’est se percevoir en tant qu’individu.

Cabinet P. Linard – 1030 BXL. Sortie de massage.

Privation

Le contact physique soulage la douleur physique. Et, souvent plus que des mots, soulage la douleur psychique.
Les stimulations tactiles sont indispensables à l’être humain. En être privé trop longtemps peut entrainer des problèmes d’ordre physique.
La réduction de contacts directs et quotidiens cause la perte du sens du toucher. Cela impacte le corps dont la production de cortisol s’élève en restant en alerte.
L’effet de la solitude sur l’organisme est néfaste. La diminution du toucher augmente la tristesse, voire l’état dépressif. Le fait d’être touché est alors de moins en moins apprécié. Les récepteurs sensitifs se désactivent. Cela demande un effort pour les réactiver.

Il n’y a pas d’âge

Le sens du toucher nous accompagne toute notre vie. Jusqu’à nos âges les plus respectables. Jusqu’au terme de notre existence. Il nous relie au monde extérieur.
En vieillissant nous pouvons moins bien voir ou entendre. Et nous pouvons moins bien sentir un objet avec nos mains – une des deux natures du toucher – car nos fibres nerveuses s’estompent.
Pourtant, avec l’âge nous développons une plus grande sensibilité à la seconde nature du toucher; le toucher émotionnel!

Être touché? À entretenir!

POUR TOUT RENSEIGNEMENT OU PRISE DE RENDEZ-VOUS POUR RECEVOIR VOS MASSAGES AU CABINET À SCHAERBEEK CONTACTEZ-MOI AU 0474 946 770.
De tout cœur!

Pascale Linard

A propos de l'auteure

Pascale Linard, belge, la quarantaine et surtout elle-même, envisage les corps et lieux de vie comme des enveloppes entrelacées qui se répondent. Ces éléments, corps & habitats, recèlent des potentiels et des ressources. Pascale s’adresse aux personnes qui désirent les entretenir et les valoriser ! La pratique du massage, du yoga et du home organsing est le cœur de ses services.

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp